Faut-il laisser bébé pleurer ?

Que disent les dernières recherches scientifiques ?

Faut-il réconforter immédiatement le bébé ou l’enfant ou au contraire ignorer les pleurs en les considérant comme un signe d’immaturité, de coliques ou de caprice ?

Les études énoncent quelques vérités bonnes à connaitre : l’enfant n’est pas en capacité de pleurer de manière volontaire et contrôlée; pleurer est un puissant antistress comme trembler, bailler ou transpirer. L’analyse des larmes a montré la présence d’adrénaline et de noradrénaline, deux hormones secrétées lorsque nous sommes stressés. Les larmes permettent simplement d’éliminer ces hormones ! Pleurer crée une stimulation physiologique suivie d’une profonde relaxation, très efficace pour réduire la tension artérielle, le rythme cardiaque  et la tension psychologique. Ainsi le fait que les hommes pleurent moins que les femmes les exposerait davantage aux troubles liés au stress (crises cardiaques, attaques cérébrales,…). Donc si un bébé pleure (pour une autre raison que ses besoins physiologiques de base!), il s’agit d’accompagner les pleurs plutôt que de les réprimer : prenez-le fermement dans vos bras, acceptez qu’il se débatte dans un premier temps puis observez le moment de détente où il reste lové dans vos bras; un enfant à qui on permet de pleurer à satiété dans les bras sécurisants d’un adulte tendra à moins pleurer que les autres enfants et à mieux dormir.

Conclusion : pleurer est bon pour la santé ! et même pour les bébés, à condition de les accompagner.